L’hydromophologie

Vidéo : Restauration des rivières : formation des élus du bassin de la Vienne

Un enjeu majeur

L’état des lieux effectué au titre de l’application de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) révèle que près de 2/3 des cours d’eau du bassin de la Vienne connaissent des dégradations morphologiques.
Ces perturbations représentent sur ce territoire la première cause de non atteinte du bon état écologique visé par la DCE. Les facteurs de dégradation sont multiples. Ainsi, l’abondance de seuils, d’étangs, le piétinement des cours d’eau par le bétail, certains aménagements hydrauliques... constituent les principales causes de ces dégradations. Les conséquences sont la rupture de la continuité écologique, le colmatage des cours d’eau, l’érosion des berges et des lits...
L’ensemble de ces dégradations porte atteinte au bon fonctionnement des cours d’eau et à l’accomplissement des services rendus telle que l’autoépuration des eaux.

Comment restaurer les dégradations morphologiques

Résorber ces dysfonctionnements implique une mobilisation forte des maîtres d’ouvrage (collectivités, exploitants agricoles, associations...) dans le cadre de programmes de gestion intégrée tels que les contrats territoriaux.